Séminaire – Séance n°2

Les pratiques esthétiques au prisme de l’âge

22 février 2018 (12h30-14H30) M1140, UniMail, Université de Genève

« La beauté n’a pas d’âge ». Si cette affirmation courante dans le monde social semble séduisante et bienveillante, elle se heurte dans la réalité de notre quotidien à de multiples questionnements et tensions. Tout d’abord, de quel âge parle-t-on ? Car entre l’âge civil, relatif à une durée précise mesurée en années, et l’âge social, qui lui renvoie à des pratiques, statuts, apparences corporelles dont la perception peut varier selon les situations, les enjeux esthétiques ne sont guère les mêmes. A titre d’exemple, l’usage de l’âge comme catégorie d’analyse des rapports sociaux de sexe prend une résonance particulière dès lors que l’on choisit comme objet de recherche les pratiques d’embellissement. Des transitions entre enfance et  adolescence, aux passages vers la vieillesse, hommes et femmes ne développent pas une expérience uniforme de leur apparence. Ces étapes de vie, à la fois réflexives et encadrées par des conventions esthétiques, nous invitent à considérer les pratiques de beauté comme des modalités importantes d’identifications, et ceci quelle que soit l’ampleur et l’orientation de leur sollicitude esthétique. C’est pourquoi nous leur consacrerons ce séminaire. Tandis que l’apparence des enfants et adolescent-e-s est au cœur de nombreux débats contemporains (uniforme scolaire, troubles alimentaires, concours de beauté, etc.), nous chercherons à apporter une analyse qui s’éloigne des jugements moraux. Comment l’étude des pratiques de beauté à l’enfance et à l’adolescence peut-elle participer à la compréhension des enjeux liées à ces âges de la vie (relations aux pairs et relations familiales) ? Quant à l’enjeu du vieillissement, nous nous demanderons de quelles manières les choix relatif à l’apparence fluctuent-ils avec l’avancée en âge. Il s’agira surtout d’interroger quelles sont les incidences de l’injonction contemporaine au « bien vieillir » (qui résonne particulièrement dans l’espace médiatique) sur l’expérience esthétique des individus. Alors que les cheveux gris sont décrits comme le nouveau « must have », que l’éloge de la sexy « cougar » est à la une de nombreux magazines, que la virilité vieillissante est une grande absente des débats dans le monde social comme académique, qu’en est-il des représentations des hommes et femmes ordinaires sur le vieillissement esthétique de soi ? Voici un large éventail de questions qui seront au cœur de nos réflexions.

Invitées :

Virginie Vinel est Professeure de sociologie à l’Université de Franche-Comté (France). Elle a récemment publié deux articles intitulés : « Se coiffer et se maquiller à la préadolescence. Enquête en Alsace-Lorraine », (Jacquemin et al. 2017, INED) et « Générations, genre et classe sociale. Représentations et pratiques du corps et de la santé de populations rurales et vieillissantes » (Burnay et Hummel, 2017, Peter Lang).

Jacqueline Ricciardi est Comédienne – Performer (théâtre, télévision, cinéma) depuis une trentaine d’année. Elle est également mère au foyer (mariée, deux enfants) et candidate au Grand Conseil genevois sur LALISTE, liste exclusivement féminine.

 

 

Modératrice et intervenante : Marion Braizaz

Découvrez la vidéo de cette séance ci-dessous :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.