Séminaire – Séance n°4

Les territoires virtuels de la beauté

3 mai 2018 – Salle Henri Roger – Université Paris Descartes – de 14H à 16h30
12, rue de l’école de médecine, 75006 Paris

Les sites internet relatifs aux pratiques esthétiques, les blogueur.se.s, les youtubeur.se.s, les instagramers, les tutoriels de soins en libre accès et les plateformes de discussion encouragent une transmission plus horizontale (de pair à pair) des techniques, des modes et des connaissances autour de la beauté. Sans qu’ils n’échappent à des usages socialement segmentés, ces nouveaux territoires accélèrent, pour les internautes, un processus de démocratisation de la beauté dans le sens d’un accès de plus en plus aisé à des savoirs et des techniques de plus en plus nombreux. Internet a aussi ouvert un nouveau terrain de visibilité, en particulier, pour les jeunes qui assument le statut de blogueur.se et d’influenceur.se. Un processus de démocratisation s’opère donc également par la participation croissante des acteurs et actrices à la vie sociale au travers de leurs activités développées dans les espaces virtuels et des échanges, sous une forme souvent gratuite, qui s’effectuent entre internautes.

Les youtubeur.se.s et les blogueur.se.s investissent en effet la toile pour s’exprimer, se montrer, agencer leur apparence et développer une sociabilité numérique dans laquelle la beauté constitue une part essentielle, voire centrale pour certain.e.s. On peut ainsi s’interroger sur les raisons de cette place privilégiée et sur les manières qu’ont les internautes d’utiliser le ressort de la beauté : pourquoi la sociabilité numérique repose-t-elle autant sur des aspects esthétiques ? Quels sont les éléments performatifs et les stratégies (les types de discours produits, les tons, les touches d’humour utilisées, les traits de personnage, les environnements, les images et les mises en scène créés) pouvant contribuer au succès d’un.e blogueur.se ?

En outre, on s’aperçoit que le phénomène des blogueur.se.s et des youtubeur.se.s tend à donner le jour à de nouveaux métiers notamment par le recours croissant des marques de cosmétiques à ces influenceurs dans un but de stratégie marketing. On questionnera donc comment ces marques s’associent à ces derniers pour bénéficier de leur aura et étendre leur propre audience. D’ailleurs, après un engouement et des médiatisations intenses, comment ces partenariats se modulent-ils dans le temps ? Enfin, il s’agira surtout d’interroger dans quelle mesure l’utilisation de la beauté digitale peut être bénéfique à ces internautes et nouveaux promoteurs de beauté en termes de mobilité sociale, de professionnalisation et de reconnaissance.

Invitées :

Susanne Richter est doctorante et membre de la Bielefeld Graduate School en sociologie et histoire (BGHS). Dans le cadre de ses recherches, elle analyse les performances de la féminité dans les vidéos « beauté » sur Youtube. En parallèle, elle enseigne les théories féministes, les méthodologies qualitatives, la sociologie de la beauté et la didactique des genres au sein des Universités de Bielefeld en Allemagne et de Bâle en Suisse.

Emmanuelle Laurent est la créatrice de « psychanalyse-toi la face » sur la chaine Youtube Mardi Noir. Diplômée d’un Master 2 pro de psychologie clinique obtenu à Paris VII, elle a choisi d’allier sa passion, la psychanalyse, à la création contemporaine. Mêlant les concepts à l’autobiographie, elle transmet ses pensées en s’inspirant des tutoriels beauté en vogue sur la toile.

Modératrice et intervenante : Marion Braizaz

Affiche de la séance 

Découvrez la vidéo de la séance ci-dessous :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.