Séminaire – Séance n°7

Poils et cheveux, supports esthétiques cruciaux

19 novembre 2018 – F107, salle des thèses – Bâtiment Freinet
Place Emile Blondel – 76130 Mont-Saint-Aignan
Université de Rouen Normandie

14h – 16h

Les poils et les cheveux constituent une partie du corps visible qui a fait l’objet des plus anciens traitements et agencements. La quasi-totalité des cultures a recours à des techniques « traditionnelles » ou « modernes », d’épilation ou de coiffure avec une finalité esthétique. Ces agencements de beauté ne concernent pas uniquement des enjeux liés à la séduction, on compte aussi des usages sociaux rituels, artisanaux, voire magiques des poils et des cheveux, comme a pu le rappeler l’exposition « Cheveux chéris » organisée par le musée du Quai Branly en 2012-2013. L’agencement des poils et des cheveux constitue donc une question d’esthétique, d’hygiène, de sexualité, de séduction mais renvoie également à des enjeux moraux et à l’organisation de la vie sociale. Tout au long du XXème siècle, les mouvances sociales ou musicales ont fait des coiffures particulières leur étendard (Black Power, punk, hippie, hip-hop, etc.). Au XXIème siècle, après les hommes « métrosexuels » à la tendance épilatoire et imberbe, la mode des barbes longues et soignées « hipster », a contribué à revitaliser toute une économie endormie, et la tradition des coiffeurs « barbiers » a pu reprendre haleine dans un grand nombre de réalités urbaines contemporaines. En même temps, sur les réseaux sociaux, nous voyons apparaître des photographies d’aisselles, de pubis ou de jambes féminines poilus, faisant polémique et suscitant souvent une sorte de malaise ou encore des moqueries, voire des insultes. Autour des poils naissent donc des initiatives qui fédèrent des féminismes « corporelles » (les collectif « La Barbe » et « Ma Colère », etc.). Support de modes, de cultures et de sous-cultures, et suivant leur agencement, expression de conformisme ou d’anticonformisme, les cheveux et les poils font donc encore et toujours scandale, à l’instar de la barbe de la chanteuse autrichienne Conchita Wurst, devenue emblème de la subversion des codes traditionnels de la binarité des genres. Dans quelle mesure ces éléments corporels, constituent-ils des supports esthétiques mais aussi politiques, sociaux et sensoriels ? Qu’est-ce que la pilosité révèle-t-elle de nos sociétés ? L’axe retenu pour cette séance consistera à discuter l’ensemble des enjeux soulevés par le poil et le cheveu dans le cadre de la question raciale et de la construction sociale des couleurs de la beauté.

Conférencières :

Éliane Gladys Eock Laïfa, Docteure en Anthropologie sociale et culturelle, chercheuse associée à l’Université de Strasbourg, Laboratoire DynamE. Son intervention a pour thème les traitements sociaux du cheveu en lien avec les identités cumulatives qu’assume un individu en situation minoritaire (France) et en situation majoritaire (Cameroun). Les traitement pileux sont analysés au prisme de la socialisation et de l’intégration de l’individu. Dans le cadre de cette conférence, Eock Eliane présentera particulièrement le « mouvement » nappy qui prône un retour aux cheveux naturels.

Isabelle Mananga Ossey, Fondatrice et porte-parole de l’ONG Label Beauté Noire, une association qui milite, depuis 17 ans, pour des cosmétiques de qualité pour les peaux noires, pour la prévention du défrisage des cheveux afros et une référence dans la lutte contre le blanchiment de la peau. ONG Label Beauté Noire est également lanceuse d’alerte et a été reconnue d’utilité publique en 2008.

Modératrice : Marion Braizaz

Pour s’inscrire, c’est ici : https://www.facebook.com/events/744606775874173/

AFFICHE DE LA SESSION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.