Séminaire – Séance n°8

Les parures et les vêtements qui font débat

20 décembre 2018 – Salle Henri Roger
12 rue de l’école de Médecine, 75005 PARIS 

Université de Paris Descartes – 14h – 16h

Le vêtement et les autres accessoires de la « parure » (bijoux, chapeaux, chaussures, etc.) sont à la fois marqueurs de différenciation sociale (sexe, âge, classe sociale, etc.) mais ils constituent aussi de véritables moyens pour communiquer à autrui une affiliation culturelle, une intention, une attitude, une personnalité́. De tout temps, ces attributs esthétiques ont été assemblés, combinés et ajustés en styles toujours changeants en fonction des variables historiques, socio-culturelles et du choix individuel de leurs porteurs.

Capture de la vidéo « Somewhere in America #MIPSTERZ » 2013 © Habib Yazdi

AFFICHE_S 8_Corps_Beaute

Plus particulièrement, lors de ce séminaire, c’est une focale singulière dont nous avons fait le choix. Le vêtement et la parure sont des outils privilégiés d’expressivité des valeurs d’un groupe social et revêtent, dans certains cas, une dimension « politique » de résistance et de lutte pour une reconnaissance. Ils sont en effet des étendards de nombreuses revendications, politiques, féministes, religieuses, culturelles qui n’en finissent plus de susciter le débat dans les sphères publiques comme privées. Se montrer « trop » vêtu.e.s (comme dans le cas du « burkini », du « voile », « hijab » et des « jupes longues » d’affiliation islamique) ou à l’inverse « trop » dévêtu.e.s (à l’instar des Femen), scandalise certain.e.s et pose un nouveau débat autour de la liberté́ d’expression et plus particulièrement de l’affirmation des particularismes par l’apparence esthétique. Ces exemples emblématiques attisent en effet depuis quelques années l’attention des médias et les polémiques dans les domaines académique et non académique. L’ambition de cette séance sera de saisir l’intérêt de l’analyse des parures et des vêtements contestataires dans une Europe qui à l’heure actuelle se confronte à ses propres contradictions en matière de reconnaissance des particularismes.

Conférencières :


Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Angers et membre du laboratoire CERHIO, spécialiste des femmes et du féminisme. Elle est à l’initiative de la création exemplaire d’un fond d’archives dédié aux féminismes « les archives du féminisme » et nommée à l’institut universitaire de France. Son travail est tout particulièrement remarquable dans le domaine de l’histoire du vêtement au prisme du genre, une approche qui sera au cœur de cette séance du séminaire.

Hanane Karimi est docteure en sociologie et ATER à l’université de Strasbourg – laboratoire Sage (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe). Ses thèmes de recherche se concentrent sur le pouvoir, l’État, les femmes, les marges et l’islam.

 

Modératrice : Camille Couvry

Pour vous inscrire c’est ici : https://www.facebook.com/events/184982339106373/

Retrouvez l’affiche de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.