Séminaire – Séance n°9

Beauté et classes sociales en milieux professionnels

04 mars 2019 – Université de Genève

La beauté en milieu professionnel recouvre l’ensemble des pratiques corporelles visant à embellir, esthétiser le corps pour le rendre conforme aux attentes d’un environnement de travail en termes d’apparence esthétique. Ce travail que les individus réalisent sur leur corps se combine à leurs caractéristiques phénotypiques produisant une impression sur autrui. Ces dimensions co-construites de l’apparence influencent l’expérience au travail, les relations professionnelles et les carrières. Comment se déclinent-elles selon les cultures esthétiques des personnes et suivant les caractéristiques sociales des environnements de travail ?

Hôtesses, vendeurs, intellectuels, classe politique, artistes, enseignants, il existe tout un ensemble de secteurs professionnels où personne ne semble échapper à l’importance de l’apparence esthétique dans l’exercice concret du travail. À ce titre, cette séance consistera aussi à interroger les mises en scène corporelles au travail visant à apparaître esthétiquement agréable auprès des autres. Comment les personnes jouent-elles de leur apparence dans leur travail ? Quels bénéfices et inconvénients en retirent-elles ? Nous tenterons d’apporter des éléments de compréhension en écho à ces questionnements. Par ailleurs, nous nous interrogerons sur les variabilités des règles formelles et informelles régissant l’apparence esthétique au travail suivant les secteurs d’activités. Ces règles sont-elles différemment débattues, acceptées et perçues dans le débat public suivant les emplois et les milieux sociaux auxquels les emplois concernés sont associés ? Comment les individus vivent, s’approprient ou détournent-ils les consignes en matière d’apparence formelles et informelles auxquelles il est attendu qu’ils souscrivent ? Les discriminations sur la beauté et l’apparence physique sont-elles consubstantielles à des signes d’appartenance à des classes sociales modestes ou vulnérables ? Ces axes de réflexion feront l’objet de toute notre attention.

Nos invité.e.s :

José Luis Moreno Pestaña est Docteur en Philosophie et Sociologie, titulaire d’une Habilitation à diriger des recherches en Sociologie (EHESS, Paris). Il est notamment l’auteur de En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe (2006), Foucault, la gauche et la politique (2010), La classe du corps. Morale corporelle et troubles alimentaires (2016). Il a coordonné le numéro 208 de la Revue Actes de la recherche en sciences sociales Le poids des corps (2015).

Frédérique Ast est titulaire d’un doctorat en droit, dotée d’une expérience professionnelle de plus de 20 ans, elle occupe les fonctions de juriste senior auprès du Défenseur des droits. Elle a développé une expertise juridique spécifique en matière de droit de la discrimination dans des domaines aussi divers que l’emploi, la formation professionnelle, le logement, la santé, l’éducation, les loisirs, les transports etc. Parallèlement, elle enseigne le droit de la discrimination notamment en MASTER II à la Faculté de droit de Lille. Elle participe également à divers groupes de travail à l’international (réseau EQUINET, Conseil de l’Europe etc) et publie régulièrement des ouvrages, rapports ou articles sur cette thématique.

 

Modératrices et intervenantes : Marion Braizaz et Camille Couvry

 

AFFICHE_SESSION_9

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.