Note d’intention

PROGRAMME

L’attention donnée à l’apparence du corps est un phénomène universel que l’on retrouve dans toutes les cultures humaines. L’apparence est donc un territoire fertile pour les sciences humaines et sociales, car elle dit beaucoup des sociétés, des cultures, des symboles, des traditions, des modes de classement. Cet objet a des ramifications avec bon nombre d’objets d’étude et plusieurs analyses et angles d’approche peuvent s’articuler autour de cette thématique.

Lors de ce séminaire, les pratiques d’intervention sur le corps à visée esthétique (comme le maquillage, chirurgie esthétique, les concours de miss, les défilés, la ”parure”, les vêtements, les bijoux, mais aussi les parfums et toute pratiques liée à la “mise en beauté” du corps humain) seront ainsi au centre de notre attention. Notre ambition est de construire un espace d’échange et de rencontre interdisciplinaire qui puisse fédérer les chercheurs qui adoptent, comme nous le faisons, une approche compréhensive et complexe de ces phénomènes.

De fait, nous refusons de suivre la tradition académique qui réduit les pratiques de beauté à un moyen de compétition, d’inégalité ou de subordination. Nous avons toutes les trois entrepris un travail de terrain qui nous a permis de mieux comprendre les acteurs sociaux, et de nous rapprocher de leurs pratiques et des enjeux relatifs à l’apparence dans leur quotidien, dans leur vie. Nos observations nous montrent donc que la beauté ne peut plus être appréhendée uniquement comme preuve extrême d’aliénation puisque l’acte de s’embellir s’accomplit aussi dans le partage d’intimité, de techniques, de complicité entre pairs, dans des moments pouvant renforcer également le lien social.

Les sujets ne cherchent que rarement à se distinguer esthétiquement des autres, et “à attirer la lumière sur eux” : la plupart des individus souhaitent plutôt se fondre dans la masse, se “normaliser” ou effacer les traits stigmatisants qu’ils perçoivent être inscrits sur leur corps et véhiculés par celui-ci. La beauté est donc aussi un moyen de se construire ou de se reconstruire personnellement, de se mettre en valeur aux yeux des autres. Et elle peut constituer, dans certaines configurations, un moteur de bien être psychologique et social en développant de l’émotion positive et un pouvoir d’action chez l’individu.

Nous refusons aussi les approches psychologiques qui réduisent le recours aux pratiques esthétiques à un diagnostic pathologisant (consistant par exemple à considérer que celles-ci résultent d’une peur démesurée de la laideur comme le serait la dysmorphobie). L’embellissement peut aussi être envisagé comme un moment de détente, de bien-être, comme un moment destiné à se faire plaisir, à se valoriser. C’est une preuve de l’amour que le sujet se porte à lui-même. Les pratiques d’embellissement peuvent aussi être une bonne excuse pour oublier les contraintes quotidiennes et s’extraire en particulier de la contrainte de la productivité (domestique ou professionnelle).

Par ailleurs, de nombreuses approches associent les pratiques de beauté à une “modernité” capitaliste et individualiste qui serait humainement dégénérée. Dans ce contexte, la critique des pratiques de beauté est souvent invoquée pour critiquer le capitalisme en soi et le mode de vie urbain. Les productions académiques anglophones utilisent le mot beauty industry (industrie de la beauté), et tendent à presque personnaliser cette industrie qui en fait est composée d’une pluralité d’acteurs industriels mais pas seulement. Cette forme de locution sous-tend l’idée d’une exploitation volontaire et concertée de la part des industriels des désirs d’émancipations des personnes vulnérables.

De notre côté, nous proposons de souligner les limites de cette analyse, qui n’est pas entièrement fausse mais qui mérite largement d’être remise en cause et enrichie. Par exemple, on peut dire que cette même industrie de la beauté, aujourd’hui très florissante, permet à des milliers de micro-entrepreneurs de “s’en sortir” comme les petits artisans fabriquant et commercialisant par exemple des savons naturels ou des huiles essentielles ; on voit apparaître l’émergence et le rôle des “opérateurs de beauté”, ou “experts beauté” (comme les blogueurs qui deviennent des références pour leurs communautés et qui font apparaître des nouveaux métiers et parcours, de nouvelles formes d’insertion professionnelle et qui questionnent aussi les nouveaux espaces des stratégies de mobilité. Nous avons fait donc le choix de solliciter ces acteurs de terrain en tant qu’“experts” dans nos séances de séminaire à côté des chercheurs qui viendront présenter leur travaux à l’exception de cette séance initialement pensée comme une séance introductive mais qui a pris de l’ampleur.

Nous mettrons aussi en avant les aspects ludiques et créatifs, souvent absents des analyses académiques et qui pourtant importent pour les interlocuteurs qui nous décrivent leur vécu. La beauté peut alors être envisagée comme une forme de résistance joyeuse et colorée face à la routine ou aux difficultés du quotidien pour certains acteurs, et cela apparaît de manière évidente dans les régimes culturels et politiques répressifs ou en guerre comme l’a été l’organisation d’une élection de Miss Sarajevo en 1993, alors que la ville est assiégée par les Serbes et que l’élection s’est déroulée au sous sol d’un centre culturel sur fond des tirs et des bombes qui explosaient (source : le magazine gratuit Stylist, n° 114, 26 novembre 2015), il s’agissait de remettre de la vie dans un espace ravagé par la guerre.

Nous nous rejoignons donc dans le constat que le recours volontaire aux pratiques esthétiques indique toujours une volonté de s’exprimer subjectivement ou collectivement et une nécessité de s’affirmer présent dans le monde social de référence des individus en question.

Le premier cycle de notre séminaire comprend 11 séances, qui se dérouleront dans cinq villes différentes en France et en Suisse, notre programme s’étend jusqu’en mars 2019. Nous avons choisi ce format expérimental de séminaire itinérant car le champ de recherche de la beauté en France étant en constitution, il était important pour nous de créer un événement fédérateur pour les laboratoires et centres de recherche qui s’intéressent à cette thématique. Notre idée étant de formaliser un réseau, l’aspect “nomade” d’un séminaire nous a séduit, et nous a également permis de réunir de nombreux partenaires financiers. Cette synergie a été un atout considérable pour donner à notre projet une dimension internationale.

Au sein des séances, nous avons circonscrit des thèmes qui nous semblent évoquer des enjeux sociétaux contemporains, et qui soulèvent des débats scientifiques dans lesquels et qui permettent d’identifier et de discuter les cadres d’analyse des pratiques esthétiques. Surtout, ce qui nous tient à cœur, pour chacune de ces séances, c’est de décloisonner le débat et de faire se rencontrer des chercheur.e.s et des experts de l’univers de la beauté mais n’appartenant pas au champ académique.

C’est aussi dans cette optique de mutualisation des ressources que nous projetterons de temps à autres des documentaires et que certaines de nos séances auront lieux hors des universités, dans des libraires ou musées par exemple.

Ce séminaire peut voir le jour grâce au soutien de plusieurs partenaires, universitaires et non universitaires.

  • le laboratoire DynamE de l’Université de Strasbourg, (axe Corps, Conflits, Créativité)
  • l’Université Paris Descartes et le CERLIS, Centre de Recherche sur les Liens Sociaux
  • l’Unité de Sociologie Visuelle de l’IRS (Institut de Recherches Sociologiques) de l’Université de Genève
  • le Dysolab (Laboratoire des Dynamiques Sociales) de l’Université de Rouen Normandie
  • l’UFR des SHS (Sciences de l’Homme et de la Société) de l’Université de Rouen
  • La Cosmetic Valley, spécialisée dans la mise en réseau des entreprises de parfumerie cosmétique et des acteurs de la recherche et visant à développer et favoriser la recherche et l’innovation

Nous leur adressons notre reconnaissance et veillerons à les remercier nominativement lors de la diffusion des affiches propres à chaque séance, sur les pages web que nous consacrerons au projet, ainsi que lors de la présentation écrite et orale de chaque séance thématique à laquelle ils ont accepté de contribuer.

Pour information, vous pouvez aussi retrouver notre actualité sur Facebook et sur Twitter

L’équipe organisatrice :


Marion Braizaz, Université de Genève, Université de Paris Descartes


Eva Carpigo, Université de Strasbourg


Camille Couvry, Université de Rouen Normandie