Note d’intention

L’attention donnée à l’apparence du corps est un phénomène universel que l’on retrouve dans toutes les cultures humaines.

L’apparence corporelle est un territoire fertile pour les sciences humaines et sociales, car elle dit beaucoup des sociétés, des cultures, des symboles, des traditions ou des innovations, des modes de classement.

Les pratiques esthétiques peuvent être analysées sous différents angles d’approche, à la fois thématiques, méthodologiques et disciplinaires. Mais s’impose aujourd’hui la nécessité de fédérer les approches et repenser la recherche autour des pratiques esthétiques de manière transversale voire même transdisciplinaire.

Ce séminaire est conçu comme une première expérimentation à l’échelle francophone de ce projet de recherche transdisciplinaire, que nous comptons consolider dans le temps.

En particulier, notre ambition est construire un espace d’échange et de rencontre qui puisse fédérer les chercheurs en particuliers ceux qui adoptent, comme nous le faisons, une approche compréhensive et complexe de ces phénomènes.

Le premier cycle de séminaire a lieu entre Janvier 2018 et Décembre 2019, il comprend  11 séances, qui se dérouleront dans cinq villes en France et en Suisse (Strasbourg, Paris, Rouen, Genève et Lyon).

Le format du séminaire est  “itinérant”, ce qui nous permet à la fois de valoriser nos universités de rattachement, de multiplier les synergies aux niveaux logistique et financier, et d’apporter la discussion dans différents contextes, de faire connaître notre approche.

Chaque séance évoque des thèmes qui concernent des enjeux sociaux d’actualité (comme les parures qui font débat ou les apparences qui engendrent discriminations tels le voile ou le burkini islamique, les youtubeurs beauté, le mouvement nappy, le blanchissement de la peau, la slow beauty etc) et à la fois des débats scientifiques (l’agency et l’empowerment, la beauté thérapeutique, l’anthropopoiesis, concevoir l’horizontalité des pratiques esthétiques à l’époque de la mondialisation etc.).

Dès que possible nous souhaitons décloisonner le débat et réunir des chercheur.e.s et des experts de l’univers de la beauté qui n’appartenant pas au champ académique.

Nous comptons nous soutenir sur des outils pédagogiques tels des documentaires ou des courtmetrages sur ces questions, qui nous aident à mieux penser ces enjeux.

Nous travaillons souvent en partenariat avec les associations locales, ainsi que les librairies ou les musées citoyens, pour appeler le grand public à discuter avec nous de ces questions.

Concernant notre approche théorique, nous refusons de suivre la tradition académique qui réduit les pratiques de beauté à un moyen de compétition, d’inégalité ou de subordination.

Nous suivons une démarche inductive de recherche, nous fondons nos réflexions sur un travail de terrain qui nous a permis de nuancer certaines idées reçues, dont sont empreignés les discours “dominantes” dans le champ académique. Nous nous concentrons sur les enjeux considérés comme importants pour les acteurs sociaux eux-mêmes.

Nos observations nous montrent que les pratiques esthétiques ne peuvent plus être appréhendées uniquement comme preuve d’aliénation. L’acte de s’embellir n’est pas toujours vécu comme une violence, dans la souffrance, ou comme une contrainte. L’embellissement s’accomplit aussi dans le partage d’intimité, de techniques, de complicité entre pairs, dans des moments pouvant renforcer le lien social.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les sujets ne cherchent que rarement à se distinguer esthétiquement des autres, et “à attirer la lumière sur eux”, à être plus beaux que les autres : la plupart des individus qui font recours aux pratiques esthétiques, souhaitent plutôt se fondre dans la masse, se “normaliser” dans le sens d’effacer les traits de l’apparence qu’ils aperçoivent comme stigmatisants.

La beauté est donc aussi un moyen de se construire ou de se reconstruire personnellement, de se mettre en valeur aux yeux des autres. Et elle peut constituer un moteur de bien être psychologique et social en développant un sentiment de mieux-être et un pouvoir d’action chez l’individu.

Nous refusons d’adopter les approches psychologiques qui réduisent le recours aux pratiques esthétiques à un diagnostic pathologisant. Souvent les individus qui font recours aux pratiques esthétiques sont considérés comme narcissiques, ou dysmorphophobes. Nous soutenons qu’une analyse des phénomènes d’addiction aux pratiques esthétiques ne peut pas naître du jugement de ces dernières, mais d’une approche compréhensive et complexe. En tout cas, l’addiction à la beauté représente une extrême minorité des cas observés sur le terrain, donc ce discours pathologisant ne peut pas être généralisé.

Le moment de l’embellissement est envisagé souvent comme un moment de détente, de bien-être, comme un moment destiné à se faire plaisir, à se valoriser. C’est indiqué comme une preuve de l’amour que le sujet se porte à lui-même. Le temps de l’embellissement, ou de l’entretien esthétique, est aussi un moment privilégié pour s’abstraire du temps de la productivité et en particulier des contraintes domestiques ou professionnelles.

Par ailleurs, de nombreuses approches associent les pratiques de beauté à une “modernité” capitaliste à l’empreinte individualiste, qui serait humainement dégénérée. Dans ce contexte, les approches critiques des pratiques de beauté ils voient en elles des preuves de la dégénérescence des valeurs modernes capitalistes et urbains.

Certaines productions académiques anglophones ont divulgué le mot beauty industry (industrie de la beauté), afin attaquer les pratiques esthétiques, comme si elles étaient le moyen privilégié de cette société moderne pour formater les corps et manipuler les désirs des personnes vulnérables.

Pour nous c’est important de regarder à cette industrie par la pluralité d’acteurs qui la composent. Dans ce spectre économique se développent aussi des microentreprises, gérées par des acteurs de classe non favorisée, qui trouvent un moyen d’émancipation sociale et économique dans ce type de commerce aujourd’hui très florissant et résistant à toute crise.

Existe aussi une dimension artisanale des pratiques esthétiques qui ne faut pas négliger. C’est le cas des maître parfumeurs, ou des bodmoders, voire même des chirurgiens esthétiques, mais aussi des esthéticiens et des coiffeurs. Dans ce séminaire nous soulignerons à plusieurs reprises l’importance du rôle sociale des “opérateurs de beauté”, ou des “experts beauté” (comme les blogueurs). Ces “faiseurs de beauté” ce sont des “faiseurs d’humanité”,  véhiculent des valeurs esthétiques culturellement partagés, ont donc un rôle pédagogique, tout en restant ouverts aux changements sociaux. Ces opérateurs de beauté ce sont des personnes de référence pour leurs communautés : médiateurs être les sujets et les groupes, participent du renforcement du lien social et cela même dans la dimension urbaine contemporaine.

Les pratiques esthétiques ont aussi une valeur ludique et créative, très importantes pour les interlocuteurs qui nous décrivent leur vécu.

En dernier lieu, nous considérerons que la mise en scène esthétique, ou la mise en beauté du corps, peut être envisagée comme une forme de résistance, souvent joyeuse et colorée, face à la routine ou aux difficultés du quotidien. Cela apparaît de manière évidente dans les régimes culturels et politiques répressifs ou en guerre, comme l’a été l’organisation d’une élection de Miss Sarajevo en 1993, alors que la ville est assiégée et que l’élection s’est déroulée au sous sol d’un centre culturel sur fond des tirs et des bombes qui explosaient (source : le magazine gratuit Stylist, n° 114, 26 novembre 2015). Il s’agissait de remettre de la vie dans un espace ravagé par la guerre.

Nous nous rejoignons donc dans le constat que le recours volontaire aux pratiques esthétiques indique toujours une volonté de s’exprimer subjectivement et/ou collectivement, ainsi que de s’affirmer présent dans le monde social de référence.

Toutes les vidéos seront mises en ligne et accessibles gratuitement en vue de l’ouverture du débat que ce séminaire veut créer dans la société au sens large.

En conclusion nous remercions nos partenaires:

  • le laboratoire DynamE de l’Université de Strasbourg, (axe Corps, Conflits, Créativité)
  • l’Université Paris Descartes et le CERLIS, Centre de Recherche sur les Liens Sociaux
  • l’Unité de Sociologie Visuelle de l’IRS (Institut de Recherches Sociologiques) de l’Université de Genève
  • le Dysolab (Laboratoire des Dynamiques Sociales) de l’Université de Rouen Normandie
  • l’UFR des SHS (Sciences de l’Homme et de la Société) de l’Université de Rouen
  • La Cosmetic Valley, spécialisée dans la mise en réseau des entreprises de parfumerie cosmétique et des acteurs de la recherche et visant à développer et favoriser la recherche et l’innovation

Cette liste n’est pas exclusive, car d’autres partenariats locaux se forment au fur et à mesure avec différentes institutions.

Nos pages:  Facebook ,  Twitter et  Youtube 

Vous êtes invités à nous contacter à l’adresse mail: corps.beaute@gmail.com

Pour nous proposer des collaborations, ou des thèmes.

Nous relayons les informations autour d’événements et de publications dans la recherche sur les pratiques esthétiques, la beauté, l’esthétique, le corps etc. N’hésitez pas à nous faire parvenir ces informations par mail.

A bientôt,

L’équipe organisatrice :


Marion Braizaz, Université de Genève, Université de Paris Descartes


Eva Carpigo, Université de Strasbourg


Camille Couvry, Université de Rouen Normandie