“Performances du paraître”

 

Revue des sciences sociales n°59/2018

Numéro coordonné par Eva Carpigo

Le dossier du numéro 59 de la Revue des sciences sociales est consacré aux enjeux performatifs qui engagent l’apparence du corps. Placée au cœur des interactions humaines, l’apparence corporelle est un élément fondamental de la vie sociale. Les contributions issues de différents horizons disciplinaires (anthropologie, philosophie, histoire, sciences de la communication, arts de la scène) montrent que si paraître signifie exister dans le regard de l’autre, le fait de modifier, de détourner ou de défier les codes de l’apparence nous situe comme des acteurs dans la société.

Continuer la lecture

“La beauté des corps” table ronde

La beauté des corps”. Atelier des Rendez-vous de l’histoire du monde arabe. Institut du Monde Arabe – Paris, 11 – 14 avril 2019.

 

Coordonné par Blandine Destremau, CNRS Iris / EHESS Présentation : Se faire beau, se faire belle, se sentir ou se rendre beau ou belle, séduire et plaire : dans cet atelier trois chercheur.e.s présenteront les constats et réflexions construites autour de trois situations différentes, dans lesquelles la beauté du corps constitue un enjeu et un objet. On y constate le poids des normes de genre et de comportement sexuel et l’évolution des critères de beauté des corps et des moyens de s’efforcer de l’atteindre, conformant une « culture de la beauté » perméable aux esthétiques venues d’ailleurs. Corinne Fortier nous parlera de l’érotisme maure et de la place qu’y occupent l’embonpoint et le voile, entre pudeur et séduction. Marion Breteau évoquera les critères de beauté et de séduction à Mascate, entre fête des sens et pudique retenue, visibilité et invisibilisation,  dans un contexte où les techniques de séduction se déploient aussi sur internet. Nicolas Puig, quant à lui, examine les référents du visage convoqués et articulés dans les pratiques de chirurgie esthétique au Liban, interrogeant la formation d’une culture de la beauté dès les socialisations enfantines et mettant au jour les critères esthétiques des chirurgiens et de leur client-e-s, constitutifs d’imaginaires phénotypiques.

 



Séminaire – Séance n°8

Les parures et les vêtements qui font débat

20 décembre 2018 – Salle Henri Roger
12 rue de l’école de Médecine, 75005 PARIS 

Université de Paris Descartes – 14h – 16h

Le vêtement et les autres accessoires de la « parure » (bijoux, chapeaux, chaussures, etc.) sont à la fois marqueurs de différenciation sociale (sexe, âge, classe sociale, etc.) mais ils constituent aussi de véritables moyens pour communiquer à autrui une affiliation culturelle, une intention, une attitude, une personnalité́. De tout temps, ces attributs esthétiques ont été assemblés, combinés et ajustés en styles toujours changeants en fonction des variables historiques, socio-culturelles et du choix individuel de leurs porteurs.

Capture de la vidéo « Somewhere in America #MIPSTERZ » 2013 © Habib Yazdi

 

AFFICHE_S 8_Corps_Beaute

Continuer la lecture

Séminaire – Séance n°7

Poils et cheveux, supports esthétiques cruciaux

19 novembre 2018 – F107, salle des thèses – Bâtiment Freinet
Place Emile Blondel – 76130 Mont-Saint-Aignan
Université de Rouen Normandie

14h – 16h

Les poils et les cheveux constituent une partie du corps visible qui a fait l’objet des plus anciens traitements et agencements. La quasi-totalité des cultures a recours à des techniques « traditionnelles » ou « modernes », d’épilation ou de coiffure avec une finalité esthétique. Ces agencements de beauté ne concernent pas uniquement des enjeux liés à la séduction, on compte aussi des usages sociaux rituels, artisanaux, voire magiques des poils et des cheveux, comme a pu le rappeler l’exposition « Cheveux chéris » organisée par le musée du Quai Branly en 2012-2013. L’agencement des poils et des cheveux constitue donc une question d’esthétique, d’hygiène, de sexualité, de séduction mais renvoie également à des enjeux moraux et à l’organisation de la vie sociale. Tout au long du XXème siècle, les mouvances sociales ou musicales ont fait des coiffures particulières leur étendard (Black Power, punk, hippie, hip-hop, etc.). Au XXIème siècle, après les hommes « métrosexuels » à la tendance épilatoire et imberbe, la mode des barbes longues et soignées « hipster », a contribué à revitaliser toute une économie endormie, et la tradition des coiffeurs « barbiers » a pu reprendre haleine dans un grand nombre de réalités urbaines contemporaines. En même temps, sur les réseaux sociaux, nous voyons apparaître des photographies d’aisselles, de pubis ou de jambes féminines poilus, faisant polémique et suscitant souvent une sorte de malaise ou encore des moqueries, voire des insultes. Autour des poils naissent donc des initiatives qui fédèrent des féminismes « corporelles » (les collectif « La Barbe » et « Ma Colère », etc.). Support de modes, de cultures et de sous-cultures, et suivant leur agencement, expression de conformisme ou d’anticonformisme, les cheveux et les poils font donc encore et toujours scandale, à l’instar de la barbe de la chanteuse autrichienne Conchita Wurst, devenue emblème de la subversion des codes traditionnels de la binarité des genres. Dans quelle mesure ces éléments corporels, constituent-ils des supports esthétiques mais aussi politiques, sociaux et sensoriels ? Qu’est-ce que la pilosité révèle-t-elle de nos sociétés ? L’axe retenu pour cette séance consistera à discuter l’ensemble des enjeux soulevés par le poil et le cheveu dans le cadre de la question raciale et de la construction sociale des couleurs de la beauté.

Conférencières :

Éliane Gladys Eock Laïfa, Docteure en Anthropologie sociale et culturelle, chercheuse associée à l’Université de Strasbourg, Laboratoire DynamE. Son intervention a pour thème les traitements sociaux du cheveu en lien avec les identités cumulatives qu’assume un individu en situation minoritaire (France) et en situation majoritaire (Cameroun). Les traitement pileux sont analysés au prisme de la socialisation et de l’intégration de l’individu. Dans le cadre de cette conférence, Eock Eliane présentera particulièrement le “mouvement” nappy qui prône un retour aux cheveux naturels.

Isabelle Mananga Ossey, Fondatrice et porte-parole de l’ONG Label Beauté Noire, une association qui milite, depuis 17 ans, pour des cosmétiques de qualité pour les peaux noires, pour la prévention du défrisage des cheveux afros et une référence dans la lutte contre le blanchiment de la peau. ONG Label Beauté Noire est également lanceuse d’alerte et a été reconnue d’utilité publique en 2008.

Modératrice : Marion Braizaz

Pour s’inscrire, c’est ici : https://www.facebook.com/events/744606775874173/

AFFICHE DE LA SESSION

Séminaire – Séance n°6

La beauté thérapeutique

15 octobre 2018 – Salle des conférences, bâtiment MISHA, Campus universitaire, Strasbourg

« Prendre soin de soi », « se soigner », implique une dimension esthétique proportionnelle à la valeur que revêt pour nous les types d’événement ou de rencontre pour lesquels on s’apprête. Le moment de s’embellir ou de « se préparer » avant de sortir en public, lors d’une festivité ou d’une rencontre spéciale, se structure le plus souvent comme un véritable rituel. On ne s’embellit pas seulement pour les autres, mais aussi avec les autres : entre pairs, les techniques se partagent, les conseils et « trucs » s’échangent, tout comme les accessoires et les instruments. Par une sorte de correspondance symbolique, l’apparence est souvent révélatrice de l’état « intérieur » de la personne que nous côtoyons, que ce soit l’humeur, la disposition émotionnelle. Mais elle peut aussi fournir de nombreux indices manifestant une manière particulière d’être intégré.e à une société ou signalant un état de marginalisation. Elle peut d’ailleurs produire de l’exclusion ou au contraire de l’inclusion vis-à-vis d’un groupe/d’une société et elle participe à créer des formes d’adéquation entre les personnes, des liens de proximité ou des affinités. Certaines personnes qui se sentent personnellement concernées par ces enjeux sociaux liés à l’apparence ainsi que de plus en plus de professionnel.le.s se saisissent de cette question en initiant des pratiques d’esthétisation et de modification de l’apparence avec pour objectif d’agir sur le degré d’inclusion sociale et d’influencer l’état de bien-être. Les opérateurs de beauté qui se dédient au bien-être de l’humain (esthéticiennes, coiffeurs, maquilleurs, chirurgiens plasticiens, etc.) reconnaissent tous la valeur thérapeutique de l’entretien esthétique. Depuis quelques décennies, les psycho-socio-esthéticiennes ou les coiffeurs solidaires sont engagés pour apporter du soutien à des sujets vivant des situations de détresse. Lors de cette séance, ces acteurs et actrices nous accompagneront, fortes de leur expérience professionnelle, pour nous raconter le lien étroit entre apparence, bien-être et inclusion sociale.

Continuer la lecture

Séminaire – Séance n°5

Les esthétiques Punk

31 mai 2018 – Salle 1 –  Bâtiment Jacques Sapin UFR STAPS
27- 29 Boulevard du 11 novembre, 69100 Villeurbanne (arrêt tram T1 ou T4: Université Lyon1)

Les tatouages, les piercings et autres types de bodmods sont des modifications corporelles communes à plusieurs cultures. Depuis quelques décennies, ils se popularisent énormément en Europe en multipliant les styles, les formes, les motifs, les matériaux et en faisant preuve d’une créativité exceptionnelle. Nous questionnons, par le biais de cette séance, le caractère subversif que ces pratiques ont eu – et ont encore dans une certaine mesure – dans nos sociétés contemporaines. Il arrive parfois des chroniques de presse qui relatent des cas d’accusation d’exercice illégal de la médecine ciblant des bodmoders, ceci  témoigne combien ce type de modifications corporelles défie encore les frontières de l’« esthétiquement » et du « médicalement » correct. Il nous intéresse donc de comprendre comment se redéfinissent les territoires de la subversion, à la lumière des changements qui traversent les sociétés. Quels sont les éléments qui définissent une apparence esthétique « subversive » aujourd’hui ? Que se passe-t-il lorsque les codes esthétiques du « punk » classique sont réappropriés par des acteurs du monde publicitaire ? Pouvons-nous parler de la survivance d’une esthétique punk au XXIème siècle, ou bien, ne reste-t-il que l’attitude ? Continuer la lecture

Séminaire – Séance n°3

Les esthétiques du monde

26 mars 2018 – Librairie Kleber – 1 Rue des Francs-Bourgeois – 67000 Strasbourg

Les symboles et les codes de l’esthétique changent selon les époques et les groupes humains. Ces choix d’affiliation esthétique sont influencés par plusieurs facteurs : la culture ou « subculture » de référence, mais aussi par des phénomènes de mode (ou d’exotisme) qui se « propagent » de plus en plus suivant les biais virtuels comme les blogs ou les réseaux sociaux. Lors de cette séance nous discuterons la croyance d’une unimorphisation (uniformisation des morphologies humaines) ou « occidentalisation » de l’apparence humaine à l’époque de la globalisation. Aucune perte de la « biodiversité » n’est en train de se produire ; au contraire, le terrain nous révèle que les modèles esthétiques s’enchevêtrent et les pratiques s’hybrident de manière souvent imprévisible, spontanée et créative. Dans un monde globalisé, la passion pour l’autre peut se traduire dans un désir d’imitation et d’incorporation des styles esthétiques propres à d’autres traditions culturelles.   Continuer la lecture

Séminaire – Séance n°2

Les pratiques esthétiques au prisme de l’âge

22 février 2018 (12h30-14H30) M1140, UniMail, Université de Genève

« La beauté n’a pas d’âge ». Si cette affirmation courante dans le monde social semble séduisante et bienveillante, elle se heurte dans la réalité de notre quotidien à de multiples questionnements et tensions. Tout d’abord, de quel âge parle-t-on ? Car entre l’âge civil, relatif à une durée précise mesurée en années, et l’âge social, qui lui renvoie à des pratiques, statuts, apparences corporelles dont la perception peut varier selon les situations, les enjeux esthétiques ne sont guère les mêmes. A titre d’exemple, l’usage de l’âge comme catégorie d’analyse des rapports sociaux de sexe prend une résonance particulière dès lors que l’on choisit comme objet de recherche les pratiques d’embellissement. Des transitions entre enfance et  adolescence, aux passages vers la vieillesse, hommes et femmes ne développent pas une expérience uniforme de leur apparence. Ces étapes de vie, à la fois réflexives et encadrées par des conventions esthétiques, nous invitent à considérer les pratiques de beauté comme des modalités importantes d’identifications, et ceci quelle que soit l’ampleur et l’orientation de leur sollicitude esthétique. Continuer la lecture

Séminaire – Séance n°1

Les pratiques esthétiques au défi des frontières

5 février 2018  (14h-17H) – F107 Bât. Freinet, Université de Rouen

Ces dernières années, en Europe, nous avons pu observer l’émergence de différentes manifestations qui ont ouvert la porte aux études prenant pour objet la beauté. L’Interdisciplinary Team, de l’Université d’Oxford (Angleterre), organise depuis 2009 des rencontres interdisciplinaires autour, entre autres thèmes, de la beauté et de la mode. Depuis 2014, le réseau Beauty Demands de l’Université de Birmingham (Angleterre), centre son attention sur les normes, technologies et les routines de beauté avec une approche interdisciplinaire. En 2016, l’Université de Cambridge (Angleterre) a organisé les journées d’étude « Politics of beauty », accueillant un réseau international de chercheur.e.s spécialistes du sujet. La même année, à l’Université de Bayreuth (Allemagne) le colloque « Beauty and the norm » soulevait des questionnements sur la standardisation des pratiques de beauté tandis qu’à l’Université de Strasbourg, à l’occasion du colloque « Corps meurtris, beaux et subversifs», était prévu un axe de recherche centré sur les modifications corporelles à visée esthétique. Enfin, en octobre 2017, l’Université de Paris Créteil et l’EHESS ont organisé les journées d’étude « Grandes et petites mains de la beauté », qui ciblaient les opérateurs de beauté et privilégiaient une entrée par le travail. Continuer la lecture

Note d’intention

L’attention donnée à l’apparence du corps est un phénomène universel que l’on retrouve dans toutes les cultures humaines.

L’apparence corporelle est un territoire fertile pour les sciences humaines et sociales, car elle dit beaucoup des sociétés, des cultures, des symboles, des traditions ou des innovations, des modes de classement.

Les pratiques esthétiques peuvent être analysées sous différents angles d’approche, à la fois thématiques, méthodologiques et disciplinaires. Mais s’impose aujourd’hui la nécessité de fédérer les approches et repenser la recherche autour des pratiques esthétiques de manière transversale voire même transdisciplinaire.

Ce séminaire est conçu comme une première expérimentation à l’échelle francophone de ce projet de recherche transdisciplinaire, que nous comptons consolider dans le temps.

En particulier, notre ambition est construire un espace d’échange et de rencontre qui puisse fédérer les chercheurs en particuliers ceux qui adoptent, comme nous le faisons, une approche compréhensive et complexe de ces phénomènes.

Le premier cycle de séminaire a lieu entre Janvier 2018 et Décembre 2019, il comprend  11 séances, qui se dérouleront dans cinq villes en France et en Suisse (Strasbourg, Paris, Rouen, Genève et Lyon).

Le format du séminaire est  “itinérant”, ce qui nous permet à la fois de valoriser nos universités de rattachement, de multiplier les synergies aux niveaux logistique et financier, et d’apporter la discussion dans différents contextes, de faire connaître notre approche.

Chaque séance évoque des thèmes qui concernent des enjeux sociaux d’actualité (comme les parures qui font débat ou les apparences qui engendrent discriminations tels le voile ou le burkini islamique, les youtubeurs beauté, le mouvement nappy, le blanchissement de la peau, la slow beauty etc) et à la fois des débats scientifiques (l’agency et l’empowerment, la beauté thérapeutique, l’anthropopoiesis, concevoir l’horizontalité des pratiques esthétiques à l’époque de la mondialisation etc.).

Dès que possible nous souhaitons décloisonner le débat et réunir des chercheur.e.s et des experts de l’univers de la beauté qui n’appartenant pas au champ académique.

Nous comptons nous soutenir sur des outils pédagogiques tels des documentaires ou des courtmetrages sur ces questions, qui nous aident à mieux penser ces enjeux.

Nous travaillons souvent en partenariat avec les associations locales, ainsi que les librairies ou les musées citoyens, pour appeler le grand public à discuter avec nous de ces questions.

Concernant notre approche théorique, nous refusons de suivre la tradition académique qui réduit les pratiques de beauté à un moyen de compétition, d’inégalité ou de subordination.

Nous suivons une démarche inductive de recherche, nous fondons nos réflexions sur un travail de terrain qui nous a permis de nuancer certaines idées reçues, dont sont empreignés les discours “dominantes” dans le champ académique. Nous nous concentrons sur les enjeux considérés comme importants pour les acteurs sociaux eux-mêmes.

Nos observations nous montrent que les pratiques esthétiques ne peuvent plus être appréhendées uniquement comme preuve d’aliénation. L’acte de s’embellir n’est pas toujours vécu comme une violence, dans la souffrance, ou comme une contrainte. L’embellissement s’accomplit aussi dans le partage d’intimité, de techniques, de complicité entre pairs, dans des moments pouvant renforcer le lien social.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les sujets ne cherchent que rarement à se distinguer esthétiquement des autres, et “à attirer la lumière sur eux”, à être plus beaux que les autres : la plupart des individus qui font recours aux pratiques esthétiques, souhaitent plutôt se fondre dans la masse, se “normaliser” dans le sens d’effacer les traits de l’apparence qu’ils aperçoivent comme stigmatisants.

La beauté est donc aussi un moyen de se construire ou de se reconstruire personnellement, de se mettre en valeur aux yeux des autres. Et elle peut constituer un moteur de bien être psychologique et social en développant un sentiment de mieux-être et un pouvoir d’action chez l’individu.

Nous refusons d’adopter les approches psychologiques qui réduisent le recours aux pratiques esthétiques à un diagnostic pathologisant. Souvent les individus qui font recours aux pratiques esthétiques sont considérés comme narcissiques, ou dysmorphophobes. Nous soutenons qu’une analyse des phénomènes d’addiction aux pratiques esthétiques ne peut pas naître du jugement de ces dernières, mais d’une approche compréhensive et complexe. En tout cas, l’addiction à la beauté représente une extrême minorité des cas observés sur le terrain, donc ce discours pathologisant ne peut pas être généralisé.

Le moment de l’embellissement est envisagé souvent comme un moment de détente, de bien-être, comme un moment destiné à se faire plaisir, à se valoriser. C’est indiqué comme une preuve de l’amour que le sujet se porte à lui-même. Le temps de l’embellissement, ou de l’entretien esthétique, est aussi un moment privilégié pour s’abstraire du temps de la productivité et en particulier des contraintes domestiques ou professionnelles.

Par ailleurs, de nombreuses approches associent les pratiques de beauté à une “modernité” capitaliste à l’empreinte individualiste, qui serait humainement dégénérée. Dans ce contexte, les approches critiques des pratiques de beauté ils voient en elles des preuves de la dégénérescence des valeurs modernes capitalistes et urbains.

Certaines productions académiques anglophones ont divulgué le mot beauty industry (industrie de la beauté), afin attaquer les pratiques esthétiques, comme si elles étaient le moyen privilégié de cette société moderne pour formater les corps et manipuler les désirs des personnes vulnérables.

Pour nous c’est important de regarder à cette industrie par la pluralité d’acteurs qui la composent. Dans ce spectre économique se développent aussi des microentreprises, gérées par des acteurs de classe non favorisée, qui trouvent un moyen d’émancipation sociale et économique dans ce type de commerce aujourd’hui très florissant et résistant à toute crise.

Existe aussi une dimension artisanale des pratiques esthétiques qui ne faut pas négliger. C’est le cas des maître parfumeurs, ou des bodmoders, voire même des chirurgiens esthétiques, mais aussi des esthéticiens et des coiffeurs. Dans ce séminaire nous soulignerons à plusieurs reprises l’importance du rôle sociale des “opérateurs de beauté”, ou des “experts beauté” (comme les blogueurs). Ces “faiseurs de beauté” ce sont des “faiseurs d’humanité”,  véhiculent des valeurs esthétiques culturellement partagés, ont donc un rôle pédagogique, tout en restant ouverts aux changements sociaux. Ces opérateurs de beauté ce sont des personnes de référence pour leurs communautés : médiateurs être les sujets et les groupes, participent du renforcement du lien social et cela même dans la dimension urbaine contemporaine.

Les pratiques esthétiques ont aussi une valeur ludique et créative, très importantes pour les interlocuteurs qui nous décrivent leur vécu.

En dernier lieu, nous considérerons que la mise en scène esthétique, ou la mise en beauté du corps, peut être envisagée comme une forme de résistance, souvent joyeuse et colorée, face à la routine ou aux difficultés du quotidien. Cela apparaît de manière évidente dans les régimes culturels et politiques répressifs ou en guerre, comme l’a été l’organisation d’une élection de Miss Sarajevo en 1993, alors que la ville est assiégée et que l’élection s’est déroulée au sous sol d’un centre culturel sur fond des tirs et des bombes qui explosaient (source : le magazine gratuit Stylist, n° 114, 26 novembre 2015). Il s’agissait de remettre de la vie dans un espace ravagé par la guerre.

Nous nous rejoignons donc dans le constat que le recours volontaire aux pratiques esthétiques indique toujours une volonté de s’exprimer subjectivement et/ou collectivement, ainsi que de s’affirmer présent dans le monde social de référence.

Toutes les vidéos seront mises en ligne et accessibles gratuitement en vue de l’ouverture du débat que ce séminaire veut créer dans la société au sens large.

En conclusion nous remercions nos partenaires:

  • le laboratoire DynamE de l’Université de Strasbourg, (axe Corps, Conflits, Créativité)
  • l’Université Paris Descartes et le CERLIS, Centre de Recherche sur les Liens Sociaux
  • l’Unité de Sociologie Visuelle de l’IRS (Institut de Recherches Sociologiques) de l’Université de Genève
  • le Dysolab (Laboratoire des Dynamiques Sociales) de l’Université de Rouen Normandie
  • l’UFR des SHS (Sciences de l’Homme et de la Société) de l’Université de Rouen
  • La Cosmetic Valley, spécialisée dans la mise en réseau des entreprises de parfumerie cosmétique et des acteurs de la recherche et visant à développer et favoriser la recherche et l’innovation

Cette liste n’est pas exclusive, car d’autres partenariats locaux se forment au fur et à mesure avec différentes institutions.

Nos pages:  Facebook ,  Twitter et  Youtube 

Vous êtes invités à nous contacter à l’adresse mail: corps.beaute@gmail.com

Pour nous proposer des collaborations, ou des thèmes.

Nous relayons les informations autour d’événements et de publications dans la recherche sur les pratiques esthétiques, la beauté, l’esthétique, le corps etc. N’hésitez pas à nous faire parvenir ces informations par mail.

A bientôt,

L’équipe organisatrice :


Marion Braizaz, Université de Genève, Université de Paris Descartes


Eva Carpigo, Université de Strasbourg


Camille Couvry, Université de Rouen Normandie