L’art d’embellir son corps


PINT OF SCIENCE – Strasbourg
22 Mai 2019
Le Garde Fou, 8, Rue du Faubourg National, Strasbourg 67000
Ouverture des portes à 19h30. Début de la soirée à 20h.
Tatouages, chirurgies esthétiques, piercings, l’homme a trouvé différents moyens de façonner son corps, et de le mettre en scène. Qu’il serve de support à des expressions artistiques ou cérémoniales, il constitue un élément primordial de création.

EREGE

L’art de s’embellir : un regard anthropologique

Eva CARPIGO (Doctorante – UMR 7367 – Université de Strasbourg)
@EvaCarpigo

Toutes les populations humaines ont travaillé sur l’apparence du corps, produisant des mises en scène esthétiques. L’esthétisation du corps oscille entre artisanat et art, car, si elle fait référence à des “modèles” reproductibles dans les générations, elle est aussi un moyen d’expression créatif et artistique, qui peut défier les conventions sociales.

Manteaux et tatouage chez les Māori de Nouvelle-Zélande, de l’art d’être porté et reconnu.

Lisa RENARD (Doctorante – UMR 7367 – Université de Strasbourg)
Chez les Māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa, afin d’être en mesure d’agir efficacement en contexte cérémoniel, il est d’usage de combiner différents types d’ornementations corporelles. Les manteaux māori (kākahu) et le tatouage (moko) sont ainsi souvent associés et il est dit que ce sont eux qui portent le ou la représentant·e du clan et non l’inverse.

Séminaire – Séance n°3

Les esthétiques du monde

26 mars 2018 – Librairie Kleber – 1 Rue des Francs-Bourgeois – 67000 Strasbourg

Les symboles et les codes de l’esthétique changent selon les époques et les groupes humains. Ces choix d’affiliation esthétique sont influencés par plusieurs facteurs : la culture ou « subculture » de référence, mais aussi par des phénomènes de mode (ou d’exotisme) qui se « propagent » de plus en plus suivant les biais virtuels comme les blogs ou les réseaux sociaux. Lors de cette séance nous discuterons la croyance d’une unimorphisation (uniformisation des morphologies humaines) ou « occidentalisation » de l’apparence humaine à l’époque de la globalisation. Aucune perte de la « biodiversité » n’est en train de se produire ; au contraire, le terrain nous révèle que les modèles esthétiques s’enchevêtrent et les pratiques s’hybrident de manière souvent imprévisible, spontanée et créative. Dans un monde globalisé, la passion pour l’autre peut se traduire dans un désir d’imitation et d’incorporation des styles esthétiques propres à d’autres traditions culturelles.   Continuer la lecture