L’art d’embellir son corps


PINT OF SCIENCE – Strasbourg
22 Mai 2019
Le Garde Fou, 8, Rue du Faubourg National, Strasbourg 67000
Ouverture des portes à 19h30. Début de la soirée à 20h.
Tatouages, chirurgies esthétiques, piercings, l’homme a trouvé différents moyens de façonner son corps, et de le mettre en scène. Qu’il serve de support à des expressions artistiques ou cérémoniales, il constitue un élément primordial de création.

EREGE

L’art de s’embellir : un regard anthropologique

Eva CARPIGO (Doctorante – UMR 7367 – Université de Strasbourg)
@EvaCarpigo

Toutes les populations humaines ont travaillé sur l’apparence du corps, produisant des mises en scène esthétiques. L’esthétisation du corps oscille entre artisanat et art, car, si elle fait référence à des “modèles” reproductibles dans les générations, elle est aussi un moyen d’expression créatif et artistique, qui peut défier les conventions sociales.

Manteaux et tatouage chez les Māori de Nouvelle-Zélande, de l’art d’être porté et reconnu.

Lisa RENARD (Doctorante – UMR 7367 – Université de Strasbourg)
Chez les Māori de Nouvelle-Zélande Aotearoa, afin d’être en mesure d’agir efficacement en contexte cérémoniel, il est d’usage de combiner différents types d’ornementations corporelles. Les manteaux māori (kākahu) et le tatouage (moko) sont ainsi souvent associés et il est dit que ce sont eux qui portent le ou la représentant·e du clan et non l’inverse.

“La beauté des corps” table ronde

La beauté des corps”. Atelier des Rendez-vous de l’histoire du monde arabe. Institut du Monde Arabe – Paris, 11 – 14 avril 2019.

 

Coordonné par Blandine Destremau, CNRS Iris / EHESS Présentation : Se faire beau, se faire belle, se sentir ou se rendre beau ou belle, séduire et plaire : dans cet atelier trois chercheur.e.s présenteront les constats et réflexions construites autour de trois situations différentes, dans lesquelles la beauté du corps constitue un enjeu et un objet. On y constate le poids des normes de genre et de comportement sexuel et l’évolution des critères de beauté des corps et des moyens de s’efforcer de l’atteindre, conformant une « culture de la beauté » perméable aux esthétiques venues d’ailleurs. Corinne Fortier nous parlera de l’érotisme maure et de la place qu’y occupent l’embonpoint et le voile, entre pudeur et séduction. Marion Breteau évoquera les critères de beauté et de séduction à Mascate, entre fête des sens et pudique retenue, visibilité et invisibilisation,  dans un contexte où les techniques de séduction se déploient aussi sur internet. Nicolas Puig, quant à lui, examine les référents du visage convoqués et articulés dans les pratiques de chirurgie esthétique au Liban, interrogeant la formation d’une culture de la beauté dès les socialisations enfantines et mettant au jour les critères esthétiques des chirurgiens et de leur client-e-s, constitutifs d’imaginaires phénotypiques.