Séminaire – Séance n°2

Les pratiques esthétiques au prisme de l’âge

22 février 2018 (12h30-14H30) M1140, UniMail, Université de Genève

« La beauté n’a pas d’âge ». Si cette affirmation courante dans le monde social semble séduisante et bienveillante, elle se heurte dans la réalité de notre quotidien à de multiples questionnements et tensions. Tout d’abord, de quel âge parle-t-on ? Car entre l’âge civil, relatif à une durée précise mesurée en années, et l’âge social, qui lui renvoie à des pratiques, statuts, apparences corporelles dont la perception peut varier selon les situations, les enjeux esthétiques ne sont guère les mêmes. A titre d’exemple, l’usage de l’âge comme catégorie d’analyse des rapports sociaux de sexe prend une résonance particulière dès lors que l’on choisit comme objet de recherche les pratiques d’embellissement. Des transitions entre enfance et  adolescence, aux passages vers la vieillesse, hommes et femmes ne développent pas une expérience uniforme de leur apparence. Ces étapes de vie, à la fois réflexives et encadrées par des conventions esthétiques, nous invitent à considérer les pratiques de beauté comme des modalités importantes d’identifications, et ceci quelle que soit l’ampleur et l’orientation de leur sollicitude esthétique. Continuer la lecture

Séminaire – Séance n°1

Les pratiques esthétiques au défi des frontières

5 février 2018  (14h-17H) – F107 Bât. Freinet, Université de Rouen

Ces dernières années, en Europe, nous avons pu observer l’émergence de différentes manifestations qui ont ouvert la porte aux études prenant pour objet la beauté. L’Interdisciplinary Team, de l’Université d’Oxford (Angleterre), organise depuis 2009 des rencontres interdisciplinaires autour, entre autres thèmes, de la beauté et de la mode. Depuis 2014, le réseau Beauty Demands de l’Université de Birmingham (Angleterre), centre son attention sur les normes, technologies et les routines de beauté avec une approche interdisciplinaire. En 2016, l’Université de Cambridge (Angleterre) a organisé les journées d’étude « Politics of beauty », accueillant un réseau international de chercheur.e.s spécialistes du sujet. La même année, à l’Université de Bayreuth (Allemagne) le colloque « Beauty and the norm » soulevait des questionnements sur la standardisation des pratiques de beauté tandis qu’à l’Université de Strasbourg, à l’occasion du colloque « Corps meurtris, beaux et subversifs», était prévu un axe de recherche centré sur les modifications corporelles à visée esthétique. Enfin, en octobre 2017, l’Université de Paris Créteil et l’EHESS ont organisé les journées d’étude « Grandes et petites mains de la beauté », qui ciblaient les opérateurs de beauté et privilégiaient une entrée par le travail. Continuer la lecture